chapitre 6

SEIGNEUR, TU ETAIS PRESENT

"Si je me lève ou je m'asseois, Seigneur, TU le sais" (Psaume 139-2)

LES ETAPES DU DEUIL

1ere étape : Le déni

La première réaction devant le deuil est le déni !…
Mais où étais TU SEIGNEUR, dans ce désastre ?
Que fais TU, face à tant de souffrance, face à la mort ? …
Moi, je n'arrive pas à y croire. Je ne veux pas y croire !…
Ce n'est pas possible que TU permettes une telle chose !

C'est le déni de la mort : comment une telle horreur peut elle m'arriver ?
Pourquoi ?… pourquoi la mort s'il y a un DIEU BON ?…
Du déni de la mort qui nous bouleverse, nous passons vite à la deuxième réaction :

2eme étape : La protestation

En effet, qui peut rester insensible devant ce drame qui est irréversible du point de vue humain ? Très vite, si la toute puissance de notre intelligence, de notre science, de notre connaissance a échoué; si notre volonté de tout maîtriser s'est heurté à l'inévitable, alors nous pouvons tomber dans la 3eme réaction :

3eme étape : La révolte

DIEU est encore présent, dans notre enfer intérieur. Rien ne décourage Son Amour. En effet JÉSUS n'est pas venu nous donner des explications au sujet de la mort, mais IL a voulu connaître de l'intérieur, toute l'angoisse et la tristesse de l'homme pour le tirer jusqu'à Sa vie Eternelle. Face au mal, JÉSUS nous met en garde en nous disant que Satan est le père du mensonge et qu'il est meurtrier depuis le commencement.

Dans cette épreuve, notre foi peut s'obscurcir ...car nous nous heurtons au grand mystère du mal : " mystère d'iniquité " nous dira l'apôtre Paul. Et nous pouvons nous enfoncer dans la tristesse!...attendant de la part de nos amis, de nos parents, de la compassion, mais en vain, le plus souvent !...L'hôte intérieur : le SEIGNEUR est toujours là !… mais nous ne LE voyons plus !... Trop de douleur peut faire trébucher la foi. La révolte gagne tout notre être : nous en voulons à DIEU qui pouvait dans Sa Puissance éviter cela.

Marthe dira à JESUS :
" Si TU avais été là, mon frère serait toujours vivant " (Jean 11-21)

Si nous avons la chance d'avoir des frères pour prier pour nous : alors peu à peu, en exprimant notre souffrance au SEIGNEUR, dans notre prière, nous entendrons résonner cette parole de JÉSUS à Thérèse d'Avila qui lui disait :

- " mais où étiez vous donc SEIGNEUR, lorsque je combattais pour vous garder ma foi ?"
- "J'étais au fond de ton coeur, te soutenant sans cesse. "
Voilà l'oeuvre de DIEU en nous, aussi.

" JE VEUX ta victoire " dit JÉSUS,
Et ma victoire n'est ce pas celle de JÉSUS en moi ?

C'est dans l'épreuve, que nous ressentons le plus, notre pauvreté, notre impuissance.
C'est dans l'épreuve aussi que le SEIGNEUR révèle sa force qui repose sur notre faiblesse. Ce n'est plus ma force épuisée, anéantie, qui peut me faire traverser l'épreuve, mais la force de DIEU en moi. Saint Paul nous affirme :

"Car, lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort" (2 Co12 10)

Dans ma révolte, je peux écouter deux voix :
" l'une forte, lancinante, oppressante : celle du malin ;
" l'autre douce : celle de DIEU !

Le malin rapporte aussitôt la faute de cette mort sur DIEU qui est cruel de permettre une telle chose. N'est IL pas le Tout Puissant ? N'est IL pas le Messie qui vient sauver ? Nous entendons comme JÉSUS au désert, le malin qui veut nous détourner de notre but : DIEU ! Autrement dit : JÉSUS dont le Nom veut dire DIEU SAUVE.
Le malin, l'accusateur nous place alors comme victime d'un DIEU lointain et méchant, alors que


"Le PÈRE a envoyé Son FILS pour que par LUI, nous ayons la vie"

La mort de notre enfant est pour nous une perte irréparable, mais JÉSUS transforme la mort en vie. Comme JÉSUS est passé de ce monde à son PÈRE, notre enfant, " par pure grâce " passera de la mort à la VIE. Et nous, privé de l'amour de celui qui est parti, nous allons marcher en suivant JÉSUS, avec un pied dans le Royaume et un pied sur la terre.

Si nous écoutons le Malin, nous vivrons avec un pied en moins. Nous vivrons amputé d'une part de notre être. Par sa création, notre enfant fait partie de nous, même s'il est adulte : c'est ce que j'appelle le cordon ombilical spirituel, c'est à dire : le cordon de l'amour.

La voix douce qui m'incline à écouter le CHRIST,
À suivre le CHRIST,
À aimer le CHRIST et mes frères,
C'est l'ESPRIT SAINT ...

Demandons l'ESPRIT SAINT :
afin que la souffrance ne nous empêche jamais d'écouter la voix du SEIGNEUR
et que la mort, ne nous empêche jamais de voir la RÉSURRECTION DU CHRIST

A TOI, la gloire 0 RESSUSCITE
A TOI, la victoire pour l'ETERNITE
(Chant d'origine protestante, musique A Gouzes)

DIEU EST PRESENT DANS MA SOUFFRANCE

Nous savons avec notre tête que DIEU est partout présent, qu'IL voit tout, entend tout !… Ce que nous ignorons avec notre coeur, c'est que DIEU est aussi présent quand nous souffrons et goûtons à l'amertume de cette vie. Nous pouvons crier avec JESUS à Gethsemani :

" Mon DIEU, mon DIEU, pourquoi m'as TU abandonné ? "(Marc 15-34)

Mais si nous entrons dans la prière de JE SUS, nous dirons après LUI :

" Que Ta Volonté soit faite, et non la mienne " (Matthieu 26-42)

Nous sommes comme JESUS accablé par cette angoisse de la mort. Nous savons avec notre tête, les paroles de JESUS

"Qui croit en MOI, même s'il meurt vivra" (Jean 11-25)

Mais dans la souffrance du deuil, notre coeur en bataille, en révolte ne peut entrer par la petite porte de l'humilité et de l'obéissance et accepter la Volonté de DIEU à travers l'épreuve. JESUS, de multiples fois a rassuré ses apôtres

" Celui qui croit en MOI, passera de la mort à la vie " (Jean 8-51)

La Vie où l'Adversaire ne peut plus rien faire !… C'est pourquoi JÉSUS insistera

" Mes paroles sont ESPRIT ET VIE " (Jean 6-63)

Face au mur de la mort, toutes nos possibilités purement humaines s'avèrent inutiles. Il n'y a aucune consolation possible !... il n'y a plus aucune philosophie qui puisse faire vivre 1...la vie devient absurde et il n'y a plus rien que 1e froid du tombeau où personne ne peut nous réconforter.

Mais nous, chrétiens, nous savons par les apôtres et tous ceux qui ont vu JESUS après sa mort : qu'IL. EST VIVANT : IL EST RESSUSCITE !… le 3eme jour comme IL l'avait promis. La croix et son cortège de souffrances horribles n'ont été que le passage vers la Gloire de DIEU, le Royaume.

Nous avons besoin de Marie, femme toute simple, toute humble et douce pour nous donner la foi en JÉSUS : Sa foi en son Fils qui s'est levé d'entre les morts. Cette réalité impensable n'existait pas dans le vocabulaire hébraïque. En effet, le mot ressuscité n'existait pas, c'est pourquoi il est dit "s'est levé d'entre les morts". D'ailleurs quand JÉSUS parle de sa mort et de sa résurrection, les apôtres ne comprennent pas. Marie, elle, a vécu tranquillement avec seulement la confiance toute simple, en les paroles de son Fils, qu'elle gardait en Son coeur. Elle a vécu par la foi depuis l'Annonciation, à la croix et jusqu'à sa propre mort de son enfant bien-aimé.

Aucun homme n'a ressuscité par sa propre puissance.
Aucun homme ne s'est levé d'entre les morts !
Elisée par une prière à DIEU, avait obtenu de ramener à la vie un jeune homme. Celui ci tout comme Lazare, devra mourir à cette vie pour ressusciter en JESUS et par JESUS.

JESUS, par sa croix, a sauvé tous les hommes : ceux qui ont vécu avant LUI, ceux qui vivront après LUI. IL est le SAUVEUR PARFAIT.
JESUS est sorti du tombeau avec un corps glorieux conservant les traces de sa passion, mais lui permettant aussi d'entrer dans une pièce close... Ce que l'oeil n'avait pas encore vu, la Vierge Marie l'a cru, parce que les paroles de son Fils sont Vraies !...

IL dit et cela est fait. II donne un ordre et cela arrive : Lazare sors !

Alors Marie nous conduit du Golgota à la chambre haute :
" pour accueillir le feu de l'ESPRIT,
" pour voir l'amour dont nous sommes aimés,
" pour voir ce Coeur qui a tant aimé les hommes.

Avec TOI Vierge Marie Avec Toi, Vierge Marie, au pied de la croix, je pleure... la mort de mon enfant (dire le nom) Je sais qu'en ton coeur de mère, je rencontre la compassion de celle qui a pleuré la mort de son Fils Unique : JESUS
Ton coeur a été blessé, mais ta foi était inébranlable Tu as continué à croire en la Vie plus forte que la mort, en la résurrection, tandis que ton Fils mourait !... Tu comprends mieux que quiconque, ce deuil cruel qui me frappe, ma douleur fait écho à Ta douleur !... Donne moi Ta force et ta foi, O Vierge Marie pour que je croie que JESUS est RESSUSCITE ET VIVANT, et que mon enfant est dans la Miséricorde Infinie de mon DIEU, Car :

" ni la mort, ni la vie, ni le présent, ni l'avenir… Rien ne pourra me séparer de l'Amour du PERE manifesté en JESUS CHRIST (Romains 8 35)

Monique Maury