Chapitre 5
Deuil passage obligé


"Celui qui croit en Moi, meme s'il meurt, vivra" (Jean 11-25)

Nous marchons vers LE SEIGNEUR…vers le Royaume…vers la vie éternelle !…Le deuil nous fait franchir une étape dans notre foi : ce que je proclame devient une réalité que je suis en train de vivre. Avec le SEIGNEUR, je suis amené(e) à compter la vie de mon enfant, de celui ou celle que je pleure, non plus en années mais en Eternité. Mes repères tombent !… Une part de moi-même entre dans le Royaume.

Chant : En marchant vers TOI, SEIGNEUR
Notre coeur est plein de joie
Ta lumière nous conduit
Vers le PERE dans l'ESPRIT,
Au royaume de la vie.

DIEU nous aime le premier
D'un Amour fidèle et sûr
IL nous donne JÉSUS CHRIST
Qui nous sauve de la mort
En mourant sur une croix.
(J.P.Lecot Lethielleux)

Notre calendrier va changer : nous savons qu'en JÉSUS, nous sommes tous vivants. Même si nous sommes morts, DIEU est assez PUISSANT pour nous rendre la vie. Nous sommes créés pour une éternité de joie... La mort nous oblige à entrer par la foi dans cette éternité de joie.

Prière
0 mon DIEU, TOI qui vois tout
0 mon DIEU, TOI qui sais tout
0 mon DIEU, TOI qui ne juge pas
0 mon DIEU, TOI qui nous sauve de la mort
Je viens vers Toi

Chant : Je viens à TOI tel (le) que je suis, sans rien à moi
Sinon ton sang versé pour moi
Et Ta voix qui m'appelle à TOI
Agneau de DIEU, je viens, je viens

Tel (le) que je suis bien vacillant
En proie au doute à chaque instant
Lutte au dehors, crainte au dedans
Agneau de DIEU, je viens, je viens.


PRIÈRE :

SEIGNEUR, dans ta Sagesse au dessus de ma compréhension,
Je suis privé(e) de cet enfant, très cher.
TU l'avais créé(e) pour le bonheur d'être avec TOI
Nous confiant le soin de le faire grandir en TOI.
Je crois que sa vie ne s'arrête pas à la mort,
Mais elle se transforme !…

SEIGNEUR JÉSUS,
Je crois que TU es VIVANT,
Tu es l'amour auquel aspire tout homme
Je crois que je reverrai mon enfant vivant dans Ta Gloire.
Dès maintenant en recevant ton Corps,
Je reçois Celui qui contient tout
Et en particulier l'âme de celui que j'aime. Amen

TU nous as fait pour TOI, SEIGNEUR
Et notre coeur est sans repos, tant qu'il ne demeure en TOI

JE me tiens à la porte et JE frappe
Si tu m'ouvres ton coeur, je ferai chez toi ma demeure

Je dors, mais mon coeur veille
J'entends le SEIGNEUR qui m'appelle "ouvre moi, mon ami"

Je vais te conduire au désert et parler à ton coeur
Et tu me répondras comme aux jours de ta jeunesse.

Quand le SEIGNEUR nous parlait en chemin
Nous ouvrant les Ecritures, notre coeur n'était il pas tout brûlant ?

Vous êtres tristes, car je m'en vais chez mon PERE,
Mais je vous reverrai, et votre joie nul ne pourra vous la ravir.
Amen ! Alleluia ! Amen !
Texte de St Augustin

JÉSUS est venu pour que "nous ayons Sa Vie en surabondance" Cette vie en abondance est cette vie qui ne finira jamais. JÉSUS lui même définit cette vie dans le Royaume :
" Or la vie éternelle c'est qu'ils Te connaissent, Toi le seul vrai DIEU et Celui que TU as envoyé JÉSUS CHRIST " (Jean 17 3) JÉSUS est venu afin que quiconque croit (en LUI) ait en Lui, la vie éternelle. DIEU en effet, a tant aimé le monde, qu'IL a donné son fils Unique pour que tout homme qui croit en LUI, ne périsse pas, mais ait la vie éternelle. Car DIEU n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par LUI. (Jean 3 15 18)

La personne qui a accepté de mourir a déjà un pied dans la vie éternelle. Cette vie éternelle nous oblige à passer par la mort pour accéder à une condition plus haute. C'est un passage obligé : mais la vie se transforme et ne s'arrête pas. Pour nous qui sommes dans l'épreuve de la séparation, nous allons passer par un chemin difficile, douloureux, où parfois la souffrance devient intolérable. Or si nous suivons les étapes du deuil, si nous faisons notre deuil, avec Marie sur les pas de JÉSUS, notre souffrance va remonter et être portée par JÉSUS qui se fera Simon de Sirène pour porter notre croix.

Notre souffrance vient de cet éloignement de nos yeux, de notre coeur, de notre vie, de celui ou celle que l'on a aimé. En DIEU, il n'y a ni temps, ni espace, il y a seulement DIEU TOUT PUISSANT EN AMOUR. Nous sommes parfois, comme si on nous avait arraché un membre, tellement on était uni à notre enfant. Cependant il nous faut revenir au début : DIEU a voulu créer avec un homme et une femme, Son enfant…. Avant d'être notre enfant, il était enfant de DIEU, créé à son image. Donc pour guérir de notre souffrance, il faut contempler ce DIEU qui " crée par amour " pour donner la vie terrestre et la vie éternelle !...Comme saint Augustin, nous pourrons redire :

TU nous as fait pour TOI et notre coeur est sans repos
Tant qu'il ne demeure en TOI !

Notre vie, notre paix, notre bonheur est en DIEU. L'acceptation de notre deuil est le bout de chemin quand on découvre l'infinie Miséricorde de notre Sauveur. Alors on s'attachera à LUI, en LUI offrant notre enfant et tout ce qui nous rattache à lui. C'est le don, le plus précieux que nous pouvons faire à notre DIEU. Cependant plus le deuil est brutal, plus il est difficile d'aller directement à l'offrande de notre enfant, comme la Vierge Marie a fait quand elle est allée au temple avec Joseph. Le but n'exclue pas la souffrance du don.

"Et toi même, un glaive te transpercera l'âme" (Luc 2-35)

Marie était dans la joie d'avoir un fils qu'elle consacre à DIEU et qu'elle donne au PÈRE, mais aussitôt la souffrance du don est là. Cependant Marie est toujours "servante". Elle accueille cette parole, qu'elle gardera en son coeur. Etant donné que nous n'avons pas cet état d'esprit d'être "servante" c'est à dire dans la volonté du PÈRE : nous connaissons ces étapes du deuil:
le déni
la protestation
la tristesse
la peur
le marchandage aussi au niveau émotionnel que spirituel
l'acceptation qui nous attachera fortement au SEIGNEUR


1°) Nous pourrons alors, pardonner à tous et aussi à DIEU, ce départ
2°) Nous pourrons ensuite, offrir notre enfant en coupant le cordon ombilical, et en le remettant au plus tendre des pères.

Quand on a pu faire l'offrande : on vit dans la paix et une joie profonde nous envahit : celle du SAINT ESPRIT. C'est alors que l'on devient tout humble dans la Toute Puissance du DIEU AMOUR de qui nous "vient toute grâce" : " la grâce des grâces, c'est le Royaume "

A celui qui est parti et à nous mêmes, la grâce de résurrection est donnée, dans la communion des saints : c'est à dire ceux qui sont sanctifiés par le sang de JÉSUS

Nous pouvons clamer au SEIGNEUR : " Tu me fais connaître la route de la vie (Ps 16 11) tandis que notre enfant baigne dans cette joie : " qui abonde près de ta face, à TA droite délices éternelles.

Nous ne pouvons rien sans JÉSUS, et tout avec lui. C'est Lui même qui l'a dit.


INTERCESSION

Refrain : Sur les chemins de la vie, sois ma Lumière SEIGNEUR

Pour nous qui sommes blessés par ce deuil
Pour nos enfants que Tu as accueillis
Pour que nous Te recherchions, TOI, I'ESPRIT DE VIE,
Nous TE prions SEIGNEUR

Pour ceux qui pleurent sans oser espérer
Pour ceux qui ne veulent pas Te chercher
Pour nos enfants déjà partis,
Nous TE prions SEIGNEUR

Pour ceux qui souffrent d'un deuil brutal
Pour ceux qui ont vu souffrir leur enfant
Pour que nous découvrions Ta Présence de PERE
Nous TE prions SEIGNEUR

Pour ceux qui sont seuls pour continuer à lutter
Pour ceux qui n'ont plus la force de lutter
Pour que Tu deviennes leur force
Nous TE prions SEIGNEUR

" Nous, nous sommes citoyens des Cieux; c'est à ce titre que nous attendons comme Sauveur le SEIGNEUR JÉSUS CHRIST, LUI qui transformera nos pauvres corps à l'image de son corps glorieux, avec la Puissance qui LE rend capable aussi de tout dominer " (Ph 3 20)

Ainsi notre enfant nous a quitté : il était mort, mais voici qu'avec la Puissance d'Amour de DIEU : il est vivant : Il est entre les bras de L'amour. Le PÈRE a envoyé le Fils, pour qu'en LUI, notre enfant ait la vie.

L'ESPRIT SAINT est cet Esprit de Résurrection qui a fait sortir JÉSUS du tombeau. C'est cet ESPRIT SAINT qui nous est donné et que nous allons accueillir, à nouveau, pour vivre le temps de la séparation.

Monique Maury